Rav Oury Cherki

Vayelekh - Qui transmet la Thora?

Publié sur le site du Centre Noachide Mondial.



Le texte de la première Michna du traité Avot est connu: Moïse a reçu la Thora du Sinaï et l'a transmise à Josué. Cependant, la Guemara au traité Erouvin (54b) donne une tradition différente:

"Quel était l'ordre de l'enseignement? Moïse appris directement de Dieu. Entra Aaron, Moïse lui répéta son passage, puis Aaron se déplaça et s'assit à la gauche de Moïse. Entrèrent ses fils [à Aaron], Moïse leur répéta le passage. Les fils se déplacèrent, Eléazar s'assit à droite de Moïse et Itamar à gauche d'Aaron. Entrèrent les anciens et Moïse leur enseigna le passage. Les anciens se déplacèrent, le peuple entra et Moïse leur enseigna le passage. Aaron a donc entendu quatre fois de Moïse, ses fils trois, les anciens deux et le peuple une fois. Moïse sortit. Aaron enseigna le passage puis sortit. Ses fils l'enseignèrent puis sortirent. Enfin les anciens l'enseignèrent. Chacun l'entendit donc quatre fois."

De là nous voyons donc que les transmetteurs de la Thora sont les Kohanim (prêtres) et les anciens, et non Josué !

La réponse à cette apparente contradiction entre les textes est qu'il faut différencier les deux parties de la Thora: la loi écrite et la loi orale. La loi orale, appelé dans la Guemara Erouvin "l'ordre de l'enseignement", nous enseigne la pratique. C'est dans ce cadre que l'on se sert des treize principes d'exégèse de la Thora, amenant la Halakha (loi), et non le sens premier du texte. Cette étude nécessite un corps législatif fixe, tranchant en cas doute dans la loi, et ce rôle est rempli par les prêtres et les anciens.

A l'inverse, la loi écrite enseigne l'objectif moral à l'origine de la Thora, tiré du sens premier du texte, même lorsque celui-ci diffère de la Halakha.

Par exemple, celui qui porte atteinte à l'œil de son prochain, la Thora écrite enseigne la conséquence que mériterait cet acte, à savoir l'arrachement de son œil, alors que la loi orale enseigne ce qui lui est fait en pratique, les modalités de paiement.

Celui qui est responsable de la transmission des valeurs de la Thora est le roi, qui lit dans la Thora "afin qu'il s'habitue à révérer l'Éternel, son Dieu" (Deut. 17, 19), et s'appuie même en pratique sur la loi écrite pour la gestion de son Etat (Natsiv de Volozhin sur id. 24, 16).

C'est ce que dit également le texte de notre paracha: "Alors Moïse appela Josué, et lui dit ...: "Sois fort et vaillant! Car c'est toi qui entreras avec ce peuple dans le pays que l'Éternel a juré à leurs pères de leur donner"" (id. 31, 7). A priori la mission que reçoit Josué est purement militaire et politique. Mais immédiatement après il est écrit: "Moïse mit par écrit cette doctrine et la confia aux pontifes, descendants de Lévi... et à tous les anciens d'Israël" (ibid. 9). Cela correspond parfaitement au texte du traité Erouvin ci-dessus, dans lequel Josué ne figure pas dans la chaîne de transmission de la Thora.

Cependant, il est dit juste après: "Et Moïse leur ordonna ce qui suit: "A la fin de chaque septième année... tu feras lecture de cette doctrine en présence de tout Israël" (ibid. 10-11). "Tu feras" et non "vous ferez". C'est donc précisément vers Josué que se tourne Moïse. C'est lui qui aura la mission de transmettre la Thora en public: "afin qu'ils s'instruisent et révèrent l'Éternel, votre Dieu". Josué est celui qui transmet la morale de la Thora, comme l'indique la Michna du traité Avot.

כתוב למנהל האתר
כל הזכויות שמורות. Ⓒ תשע"ג (2013)